-5- 

Technologie&plus

M

ême si vous aviez réussi à atteindre le toit du monde, vous ignoreriez 
sans doute à quelle hauteur il se trouve. Aujourd’hui, la plupart des 
sommets les plus hauts du monde n’ont pas d’altitude officielle, 

arrêtée. L’altitude véritable du Mont Everest, qui a longtemps été reconnu 
comme la montagne la plus haute du monde, continue à nourrir les débats. 

Pourquoi cette incertitude ? Aucun organisme international officiel n’est 
chargé de superviser les mesures des sommets ou de statuer sur des 
revendications contradictoires ; les expéditions vers les sommets sont 
coûteuses ; il est difficile de localiser et d’accéder au point le plus haut pour 
réaliser des mesures précises ; par ailleurs, mesurer des montagnes est 
dangereux pour les alpinistes ; une bonne journée est une journée dont on 
revient vivant.

« J’étais extrêmement étonné d'apprendre que nous ignorons la hauteur 
exacte de certaines de ces montagnes » nous confie Damien Gildea, un 
alpiniste australien, auteur et explorateur qui a fait des ascensions pendant 
plus de 15 ans. Damien Gildea a eu recours à la technologie Trimble GPS pour 
mesurer certains des sommets les plus élevés de l’Antarctique ; les données 
GPS de haute précision collectées par D. Gildea et son équipe ont permis de 
mieux cartographier la région ; Damien Gildea a notamment établi une carte 
topographique au 1/50 000 du mont Vinson et du massif Sentinel. « Avec 
une meilleure accessibilité et grâce à la qualité de la technologie GNSS, nous 
obtenons une perspective et une compréhension nettement meilleures des 
montagnes du monde ».

Mesurer jusqu’au bout du monde
La technologie GPS Trimble a été utilisée la première fois lors de l’ascension 
du Mt. Everest en 1999 et son utilisation pour mesurer les montagnes n’a 
cessé de progresser ; c'est désormais un instrument aussi banal lors des 
expéditions dans les Alpes que les cordes. « Nous sommes des alpinistes et 
non des topographes » nous explique Damien Gildea. « Nous avons besoin 

Mesurer les montagnes

 

L’utilisation de la technologie GNSS pour mesurer les montagnes ne cesse de progresser ; c’est 

désormais un outil aussi banal lors des expéditions alpines que les cordes

technologie&plus

technologie&plus

technology&more

Stephen Chaplin descend du sommet du Mt. Gardner (4 573 m), quatrième sommet de l’Antarctique. En arrière plan s’étire la partie nord du massif Sentinel.  
©Damien Gildea / www.antarcticmountains.com

Damien Gildea installe le récepteur GPS Trimble 5700 au sommet du 
Mt. Shinn (4 660 m), troisième sommet de l’Antarctique ; derrière lui le 
Mont Vinson. Photo de Rodrigo Fica.