-4- 

Technologie&plus

Des ouvertures pratiquées dans chaque dalle au-dessus des points 
d’aplomb, permettaient à des lasers zénithaux montés de manière fixe 
de transmettre les points de référence au niveau de travail concerné. 
Les lignes verticales (ou « aplomb ») permettaient de transmettre les 
points de référence au bord supérieur de la dalle de béton lorsqu’un 
étage était terminé.

Les lignes d’aplomb étaient configurées de manière à être aussi libres 
de déformation que possible et étaient isolées de la déformation 
des tours due à la radiation solaire, au vent ou à l’impact des charges 
des grues et des pompes à béton. Les topographes de Gemmer & 
Leber devaient donc commencer à 4h00 du matin à transporter leurs 
stations totales de façon à être sûrs qu’elles soient prêtes lorsque les 
travaux de construction commençaient à 7h00.

Stabilité dimensionnelle 
Pour s’assurer que la prédéformation requise était atteinte, les 
paramètres de déformation de chaque étage devaient être pris 
en compte lors de la configuration de chacun des points. Les 
topographes ont reçu ces paramètres du bureau d’études Ed. Züblin 
AG de Stuttgart, la société chargée de la construction du projet de 
la BCE.

Le point initial était représenté sur un plan de CAO sur lequel étaient 
indiquées les dimensions du bâtiment terminé.

Monsieur Almesberger nous explique la procédure : « Les ingénieurs 
chargés du calcul des structures précisaient les paramètres de 
déformation pour chaque niveau, notamment les points de 
rotation, les angles de rotation et les vecteurs de translation. Nous 
transférions ensuite ces paramètres aux points de mesure du plan 
CAO et modifions le plan d'origine de l’étage pour compenser les 
déformations de charge attendues ».

Les points de référence ajustés obtenus étaient mesurés à partir du 
plan CAO et entrés dans les stations totales. Il était dès lors possible 
d’établir toute une série de points de mesure sur le bord des dalles, les 
piliers, les enfoncements ou les noyaux de béton, tous corrigés de la 
valeur de la prédéformation.

En raison de la prédéformation, aucun des 25 piliers de chaque 
étage, ou quasiment aucun, n’a été coulé exactement à la verticale. 
Chaque pilier a été monté avec une inclinaison unique ; même les 
piliers qui devaient être verticaux dans leur configuration définitive 
ont quelquefois été coulés avec des inclinaisons pouvant aller jusqu’à 
1,5 cm.

Par conséquent, chacun des piliers devait être mesuré individuellement. 
Les points de mesure se référaient au bord supérieur de la dalle de 
béton suivante. Les paramètres de prédéformation étaient pris en 
compte pour chacun des points de mesure. Cela présentait un défi 
supplémentaire : les points supérieurs des piliers étaient indiqués sur 
les plans de façon à s’aligner sur le coffrage des piliers, mais en fait, ils 
n’étaient présents qu’une fois que la dalle de 30 cm avait été réalisée.

Un gain de temps et une économie d’effort
« Pour établir ces points initialement virtuels et placer le coffrage dans 
la bonne position, nous avons utilisé le mode « axe 3D » de la station 
totale », nous explique le chef de projet B. Engelbreit. « Cela nous a 
permis d’établir des points virtuels inaccessibles car ils étaient calculés 
correctement dans la station totale à partir de points réels qui étaient 
accessibles sur le coffrage ».

Cette conversion aurait pu être réalisée sur un bureau, mais l’approche 
aurait impliqué un délai supplémentaire d’environ 24 heures par 
étage. Les travaux de construction auraient été sensiblement retardés 
car chaque phase de travail était étroitement imbriquée. Ainsi, tous 
les travaux de bétonnage ne pouvaient être réalisés qu’après avoir 
mesuré le coffrage des piliers. Les retards sur le plan topographique 
se seraient immanquablement traduits par des retards sur l’ensemble 
du projet de construction.

« Le projet de la BCE était particulièrement contraignant à tous 
égards, avec des contraintes topographiques d’une rare intensité 
et un calendrier très strict » conclut W. Almesberger. « C’est grâce 
à l’engagement de notre équipe et à nos équipements de pointe 
que nous avons pu gérer ce projet gigantesque et complexe sans 
problèmes majeurs. La conception, les fonctions pratiques des 
stations totales Trimble ont considérablement facilité notre travail, 
nous faisant gagner beaucoup de temps et économiser nos efforts. 
Elles nous ont également aidé à respecter le calendrier et à terminer 
les travaux de construction préliminaires pour les nouveaux locaux de 
la BCE dans les meilleurs délais possibles ».

Un topographe effectue des relevés à un étage supérieur des bâtiments. 
L’utilisation de deux instruments très rapprochés a permis de collecter des mesures 
redondantes sur les lignes de visée étroites de la structure.