-22- 

Technologie&plus

partir de sa source dans les montagnes de la Sierra 
Nevada en Californie, le système d’eau de Hetch Hetchy 
approvisionne en eau plus de 2,4 millions de résidents et 

d’entreprises dans la région de San Francisco. Mais le système 
vieillissant a besoin d’être modernisé et réparé. En 2002, la San 
Francisco Public Utilities Commission s’est lancée dans un projet de 
plusieurs milliards de dollars en vue de moderniser le système. L'un 
des éléments majeurs de cette entreprise est le nouveau tunnel 
qui doit passer sous la Baie de San Francisco. Le Tunnel de la baie, 
de 4,6 m de diamètre et 8 km de long, se trouve à environ 30 m en 
dessous des fonds marins, à environ 48 km au sud de San Francisco.

L’entreprise responsable du projet du tunnel, Michels/Jay Dee/
Coluccio Joint Venture (MJC), a choisi d’utiliser un tunnelier à 
pression de terre (TBM), ce type de tunnelier étant bien adapté 
à l’argile comprimée qui constitue la majeure partie du sol du 
fond de la baie. MJD a lancé le TBM à partir d’un puits de 18 m de 
diamètre sur la rive ouest de la baie..

Dans la plupart des tunnels construits à l'aide d'un TBM, des puits 
d’accès verticaux sont aménagés à intervalles réguliers le long 
du tunnel. Ces puits permettent aux topographes du projet de 
connecter le contrôle géodésique en surface aux points de contrôle 
dans le tunnel, permettant ainsi de réaliser des ajustements et des 
corrections au fur et à mesure que le tunnelier avance. Le Bay 
Tunnel se trouvant sous une masse d’eau, il n’est pas possible de 
réaliser des puits. En conséquence, tout le contrôle topographique 
(essentiel pour contrôler le tunnelier) est relié à une extrémité du 
tunnel. Le guidage du tunnelier s’appuie sur une topographie 
difficile, précise. Cette tâche a été dévolue au topographe de 
projet, Sean Fitzpatrick, PLS, de Towill, Inc.

Fitzpatrick et son équipe ont au départ établi des points de 
contrôle dans le puits de lancement pour donner une orientation 
au tunnelier. Au fur et à mesure que le TBM progresse dans le 
tunnel, les topographes étendent leur réseau de points de contrôle 
en utilisant les stations totales Trimble S6 1”. Les instruments sont 
montés sur des supports fixés au revêtement du tunnel. Fitzpatrick 
utilise des ajustements de réseau rigoureux et des mesures précises 
pour maintenir des tolérances strictes pour le positionnement et 
l’orientation. L’orientation du réseau est complétée par l’utilisation 
d’un DMT Gyromat 2000. À proximité du TBM lui-même, une 
station totale Trimble 5600 mesure les prismes à bord du TBM pour 
offrir une orientation continue à l’énorme haveuse.

Lorsque le TBM atteindra le puits de réception sur la rive Est de la 
baie, un gros manchon en acier avec un joint élastomère permettra 
de le raccorder au puits. À 8 km, le manchon apparaît comme une 
cible minuscule. Le dégagement entre le TBM et les joints fait à 
peine 40 mm et la face de rectification du TBM ne doit pas entrer 
en contact avec les joints. Mais S. Fitzpatrick ne s’inquiète pas pour 
le guidage du TBM jusqu’à l’emplacement voulu. Il fait confiance 
aux capacités de ses instruments et à ses procédures. Tout est 
conçu pour réduire ou piéger les erreurs et tout l’équipement est 
étalonné sur le terrain une fois par semaine. « J’ai confiance dans 
mes calculs, mes ajustements et mes mesures » nous déclare-t-il. 
« Sans être un cow-boy, vous devez quand même avoir en vous 
un peu de ce gêne de prise de risque. Ce type de travail n’est pas 
donné à tous les topographes ».

Voir article de fond dans l’édition de novembre 2012 de POB :  
www.pobonline.com

Une topographie de précision guide 

une machine massive vers une 

cible minuscule

Travailler 

sous l’eau

technologie&plus

technologie&plus

technology&more

Sean Fitzpatrick de Towill, PLS, utilise un Trimble S6 pour mesurer les points de 
contrôle dans le tunnel. Le support personnalisé offre un point de montage 
stable, précis pour l’instrument.