technologie&plus

technologie&plus

technology&more

technologie&plus

technologie&plus

technology&more

-12- 

Technologie&plus

P

renons le scénario suivant : à la demande d’un client, un 
topographe a effectué les relevés d'un terrain et préparé une 
carte sur papier, de la propriété en indiquant les dimensions 

et améliorations. La carte, souvent générée du fait d'une mutation 
immobilière ou d'une autre transaction financière, peut contenir des 
informations qui sont utiles pour les propriétés limitrophes et leurs 
propriétaires. Et si certaines informations cadastrales relatives au 
bien, telles que le nom du propriétaire, la taille et les charges, sont 
de notoriété publique, nombre des informations collectées par le 
topographe peuvent ne jamais être communiquées ni partagées.

Les systèmes d’archives passant progressivement au numérique, les 
jours des cartes papier et des consultations fastidieuses des archives 
sont comptés. Mais un document scanné ou un fichier CAO, même 
s’il est disponible en ligne, n’offre pas plus d’informations qu’une carte 
papier originale. Son seul avantage est la facilité d’accès. La phase 
suivante de l’évolution est de changer la nature et le volume des 
informations cadastrales elles-mêmes.

Ce changement est favorisé par un nombre croissant d’utilisateurs et 
de demandes d’informations cadastrales et foncières. Conscientes de la 
valeur du stockage électronique des informations, les autorités locales, 
régionales et nationales adoptent de plus en plus le numérique. C’est 
une étape révolutionnaire qui a ouvert la voie à un changement encore 
plus important du mode de collecte, de gestion et d’utilisation des 
informations cadastrales.

Une partie du changement réside dans la compréhension de la 
différence entre les cartes et les bases de données. Les topographes 
qui collectent et gèrent les données cadastrales doivent penser en 
termes de données orientées objet. Plutôt que la collecte de points et 
de lignes, les informations cadastrales peuvent être présentées comme 
des caractéristiques ou des objets. Au lieu de fournir de simples 
cartes et des rapports, les topographes peuvent remettre des objets 
intelligents avec un contenu plus riche et plus fouillé. La mise en œuvre 
d’une approche de style objet pour la gestion des données cadastrales 
présente un certain nombre de défis. Si cette nouvelle approche 
touche de nombreux aspects du flux de travail du topographe, ces 
changements sont facilement gérables. Le travail le plus impressionnant 
intervient sur le plan administratif et dans les bases de données où des 
décennies (voire des siècles !) de données doivent être réunies en un 
corpus d’informations cohérent et uniforme. La transformation est en 
cours dans de nombreuses régions et l’Allemagne fait figure de chef de 
file à cet égard.

Une révolution cadastrale

De nouveaux systèmes cadastraux complets ajoutent de la valeur et 

améliorent l’efficacité de l’administration foncière et immobilière