-11- 

Technologie&plus

importante, de faible magnitude au cours des six dernières 
années. Ceci implique également une accumulation de 
contraintes qui pourraient se traduire à l’avenir par des séismes 
dans la région, d’une magnitude modérée à importante. Les 
chercheurs ont constaté que la déformation localisée est 
conforme à la compréhension actuelle de la déformation 
de régions dans lesquelles la sismicité migre et où le taux de 
déformation évolue avec le temps.

Le CSIR-NGRI a établi des réseaux GNSS sur le bord de la plaque, 
dans les régions d’Andaman Nicobar et Garhwal Kumaun ainsi 
que dans le nord-est de l’Inde. Située dans la baie du Bengale 
à environ 1 400 km à l’est de Chennai, la région d’Andaman 
Nicobar et Sumatra a subi plus de cinq séismes majeurs 
(magnitude 8 ou plus) depuis le séisme de Sumatra Andaman 
en 2004. Le CSIR-NGRI a installé huit récepteurs GNSS NetR9 
Trimble sur l’île comme stations d’observation permanente. 
Les mesures GNSS pendant et après les séismes ont permis aux 
sismologues de comprendre la cinématique des plaques et le 
mécanisme de déformation par le biais des différentes phases 
du cycle de séisme. Les scientifiques peuvent également 
utiliser les données pour calculer des intervalles de récurrence 
approximatifs des séismes importants et des séismes géants.

Récemment, un autre séisme majeur s’est produit dans la région 
de l’Océan indien. Ce séisme, qui a eu lieu le 11 avril 2012, s'est 
traduit par une déformation cosismique de 2 à 4 cm dans la 
baie de Port Blair et Campbell. Mesuré à une magnitude de 8,6, 
c’est le séisme intraplaques à décrochement horizontal le plus 
important jamais enregistré. Selon les études menées par le US 
Geological Survey (USGS), les ondes sismiques peuvent avoir 
déclenché d’importantes répliques dans le monde.

L’Inde poursuit ses efforts en termes de GNSS et réalisent des 
études sismiques. Le CSIR-NGRI cherche à établir une nouvelle 
station d’observation GNSS permanente sur le volcan de Barren. 
Le Barren est un volcan actif situé à environ 150 km à l’est de 
Port Blair dans la mer d’Andaman. Les données provenant du 
NetR9 Trimble installé sur le site aideront les chercheurs indiens à 
mieux comprendre la déformation provoquée par les éruptions 
volcaniques et comment elles sont rattachées à la tectonique 
de l’arc central et de l’arrière arc de la zone de subduction de 
Sumatra Andaman.

Les régions limitrophes de la plaque en Inde sont marquées par 
de fréquents séismes et par une déformation importante et le 
NGRI effectue des mesures régulières dans ces régions le long 
des failles et sur les bords des plaques. Pour travailler dans ces 
secteurs, les chercheurs sont confrontés à des climats rudes, à un 
relief tourmenté et à un accès difficile. Les stations d’observation 
GNSS permanentes jouent un rôle particulièrement important 
car elles permettent de capturer les mouvements intersismique 
et cosismique. Ce travail nécessite un équipement GNSS à la fois 
robuste, résistant, compact et fiable. Le système doit également 
être simple à utiliser. Les équipes du NGRI ont sélectionné le 
récepteur GNSS NetR9 de Trimble pour ses performances GNSS à 
la pointe de la technique et son adéquation aux environnements 
difficiles et aux emplacements éloignés. Réalisant l’importance 
mondiale des réseaux GNSS dans les études sismologiques, 
l’institut cherche à installer de nombreux autres observatoires 
GNSS pour réaliser des études sismiques et tectoniques.

Le GNSS a enregistré des changements de position supérieurs à 20 mm lors 
des tremblements de terre du 11 avril 2012 qui ont secoué l'océan indien.

Vecteurs de vitesse du site obtenus à partir des données GNSS. La vitesse 
constante étaye la théorie d’une plaque rigide.

Un site de référence GNSS à Port Blair surveille le mouvement de l’Île d’Andaman.