-9-

Technologie&plus

spécialisation dans l’analyse d’images orientées objet. O’Neil-Dunne 
créa alors un cours d’apprentissage par le travail permettant aux 
étudiants et aux responsables du projet d’évaluer les capacités du 
logiciel par des travaux pratiques, des projets concrets avec des délais 
et des livrables spécifiques.

Après une formation de deux semaines sur le logiciel eCognition, les 
étudiants ont eu quatre mois pour acquérir l’imagerie géospatiale 
disponible, la traiter et remettre les cartes demandées aux 
utilisateurs finaux. Pour faciliter la communication et le transfert de 
connaissances technologiques entre les étudiants et les chefs de 
projet, Trimble a proposé d'utiliser sa plate-forme en ligne dédiée, 
la eCognition Community grâce à laquelle ces derniers pouvaient 
discuter de problèmes, échanger des idées et consigner les résultats 
dans des blogues.

Pour ces trois projets, les étudiants recevaient l’imagerie de Spot et 
des données complémentaires telles que des modèles numériques 
d’élévation (DEM). Grâce à eCognition, ils ont incorporé l’imagerie 
dans le logiciel et créé des « jeux de règles » personnalisés — des 
flux de travail de système expert pour classer automatiquement 
des types de végétation spécifiques et d’autres caractéristiques de 
couverture terrestre — qui étaient ensuite cartographiés en fonction 
des spécifications de l’utilisateur. En plus des cartes de classification 
détaillée, O’Neil-Dunne a demandé aux étudiants de fournir les jeux 
de règles eCognition personnalisés à leurs organismes partenaires, 
permettant ainsi d’assurer que tout le flux de travail de classification 
est documenté et préservé.

Mexique, Colombie et France
Pour le Mexique, les étudiants ont produit des cartes thématiques sur 
papier, de la région de la Sierra de las Cruces, une zone boisée de 
200 000-ha, située à l’ouest de la ville de Mexico ; la carte représente 
clairement les zones urbaines, les ressources en eau, les prairies et les 
types de forêts spécifiques, y compris pins, sapins et chênes. Cette 
classification de la couverture terrestre sert de base pour collecter 
d’autres données écologiques sur le terrain. Elle apporte également 
son soutien à l’analyse suivie des modèles de paysages, l’objectif 
ultime étant d’aider à limiter la déforestation sauvage.

En Colombie, l’objectif était de cartographier la forêt de mangroves 
ainsi que d’autres zones humides affectant l’exploitation forestière, 
l’exploitation minière et le déboisement pour l’agriculture et l’élevage. 
Les étudiants ont pu fournir les cartes détaillées de la forêt de 
mangroves et des zones humides associées ; ces cartes soutiennent 
des initiatives communautaires visant à arrêter la déforestation et la 
dégradation des forêts.

En France, le premier objectif était de produire une carte de 
classification de la couverture terrestre d’un secteur de 245 km² dans le 
sud-ouest du pays. La production de cartes de la couverture terrestre 
pour des zones montagneuses telles que la vallée de Vicdessos — un 
Observatoire français Homme-Milieu (OHM) à long terme — était 
problématique avec les technologies classiques de classification 
des terrains ; les pentes, le soleil et les angles d’acquisition satellite 
entraînaient une variation considérable des propriétés spectrales 
d’une classe de couverture terrestre individuelle. La technologie 
d’analyse d'image avancée de eCognition a permis de cartographier 
ces régions avec une précision qui n’avait encore jamais pu être 
atteinte. En quatre mois, les étudiants travaillant sur la France avaient 
développé l’arborescence de processus nécessaire pour distinguer et 
cartographier 11 classes différentes, y compris vallées, prairies alpines 
intermédiaires et mixtes, neige, forêt de conifères, arbres feuillus et 
zones humides. Si plusieurs mois ont été nécessaires pour élaborer 
l'ensemble de règles, en 10 minutes à peine, le flux de travail était 
effectué et la carte de classification créée.

Succès du projet 
Même s’il ne s’agit que d’un petit exemple des problèmes 
environnementaux auxquels la planète doit faire face, la réussite de 
ces trois projets rapproche le monde de la viabilité environnementale, 
objectif ultime pour des centaines de projets soutenus par Planet 
Action. Et il y a une note positive : non seulement les cinq étudiants 
ont su respecter les contraintes du projet en un seul semestre, mais 
leur expérience avec eCognition leur a également permis de trouver 
un emploi à plein temps dans l’industrie géospatiale. « Je pense que 
ces projets ont été des atouts importants sur leur CV. » nous confie J. 
O’Neil-Dunne.

Voir article de fond dans le numéro de janvier du Earth Imaging Journal : 
www.eojournal.com

De gauche à droite : Image infrarouge en couleur du satellite SPOT 5 ; classification de la couverture terrestre obtenue à l'aide du logiciel eCognition ; résultats 
de la classification visualisée en oblique avec Google Earth.